· Centre de recherche Guy-Bernier
· L'enseignement universitaire
· Centre d'accueil Judith-Jasmin
· Notre bibliothèque
· Centre Michel-Mathieu
· Plan du site

Une première au Canada - La chimiothérapie par hyperthermie constitue une percée importante contre la récidive du cancer du côlon.

Montréal, le 9 décembre 2002 - Une nouvelle façon de traiter certains types de récidives de cancer du côlon, la chimiothérapie par hypertermie, développée à notre hôpital, permet de guérir certains patients atteints de carcinomatose péritonéale.

Le processus d'hyperthermie est une intervention à la fois chirurgicale et thérapeutique complexe nécessitant un appareillage sophistiqué mis au point par une équipe dirigée par le Docteur Pierre Dubé, chef du Laboratoire de recherche en chirurgie expérimentale.

L'appareillage comprend un système complexe de chauffage du liquide chimiothérapique, de pompes, de drains et de sondes thermiques, le tout contrôlé par ordinateur. Effectuée pendant une chirurgie destinée à retirer toute la maladie visible, la chimiothérapie hyperthermique consiste à baigner les organes internes du patient dans une solution chauffée à 44 C. La chimiothérapie hyperthermique est administrée en une seule séance de 30 à 45 minutes pendant la chirurgie.

« La lutte contre le cancer se mène sur de nombreux fronts et les gains se font centimètres par centimètres, a commenté le Dr Pierre Dubé. La chimiothérapie par hyperthermie ne s'adresse qu'à certains cas de récidive du cancer du côlon, mais elle constitue une percée parce que les probabilités de rémission sont de 30 à 50% alors qu'elles sont nulles avec une chimiothérapie traditionnelle. »

Environ 1 750 Québécois sont frappés par une récidive du cancer du côlon. Sans chimiothérapie, l'espérance de vie de ces personnes est de six à 12 mois. Depuis six mois, l'équipe du Docteur Dubé a pris une vitesse de croisière permettant d'effectuer une trentaine de traitement par année et elle pourrait en réaliser le double.

Les trois quarts des cas traités proviennent de l'extérieur de Montréal, l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont jouant un rôle de dispensateur à la grandeur du Québec. Quelques patients proviennent de l'Ontario, Maisonneuve-Rosemont étant le seul à offrir la chimiothérapie par hyperthermie au Canada. Quelques hôpitaux dans le monde, seulement, offrent ce type de traitement.

« Nous désirons mieux faire connaître cette intervention aux médecins et aux malades, explique le Dr Dubé, parce que certains Québécois se font actuellement traiter aux États-Unis à grands frais. Nous allons toutefois continuer à sélectionner les patients avec attention, parce que la chimiothérapie hyperthermique est très éprouvante pour le patient, physiquement et psychologiquement. Il s'agit d'une intervention qui dure au moins quatre heures et parfois beaucoup plus. Elle s'adresse aux personnes en état de la subir. » 

Cette percée contre le cancer a été réalisée avec une équipe interdisciplinaire composée d'infirmières, de spécialistes du génie biomédical et de l'informatique, de pharmaciens et de chirurgiens. Avant d'être appliquée aux humains, la chimiothérapie hypertermique a fait l'objet d'une rigoureuse évaluation au Centre de recherche Guy-Bernier.

Pour la directrice générale de l'établissement, Mme Carole Deschambault :  « Cette nouvelle façon de soigner illustre combien l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont est résolument engagé dans la modernité. Il faut saluer et soutenir, dans la mesure de nos capacités technologiques et financières, les efforts de nos médecins et professionnels qui innovent au profit des patients. »

Services à la clientèle
Nos coordonnées
Soigner et davantage
Être hospitalisé
Communiqués
Recrutement
Courriel à un patient
© Tous droits réservés 2002 - Conception Onyris